mardi 27 novembre 2012

Le Serpent d'Angoisse, de Roland C. Wagner

Titre : Le Serpent d’Angoisse
Auteur : Roland C. Wagner
Editeur : ActuSF
Couverture :

Illustrateur : Caza
Pages : 116 pages
Prix : 8,10 euros

Biographie auteur : (source : jesuismort.com)

Roland C. Wagner, né le 6 septembre 1960 à Bab El Oued en Algérie française et mort le 5 août 2012 à Laruscade (Gironde) dans un accident de voiture, est un écrivain français de science-fiction à tendance souvent humoristique. Depuis ses débuts professionnels en 1981, il a publié une centaine de nouvelles et une cinquantaine de romans, qui lui ont valu, entre autres, le prix Tour Eiffel, plusieurs prix Rosny aîné et le grand prix de l'Imaginaire à deux reprises, en 1999 avec Les Futurs Mystères de Paris puis en 2012 avec Rêves de gloire.

Synopsis :

Grâce au semen of gods, riches et puissants peuvent désormais vivre leurs fantasmes les plus fous au sein de réalités virtuelles créées par un groupe de télépathes. Tout serait parfait dans ce paradis artificiel si un élément incontrôlable ne parvenait à s’immiscer dans les séquences mentales et à tuer les clients de la Telepathic Trips Organization, qui exploite la psychosphère.
Au dehors, la révolte gronde. Le peuple prend les armes contre les élites avec un seul mot d’ordre :
« Destroy The American Dream ! »

Critique :

                Commençons avec une petite pensée pour Monsieur Wagner, récemment décédé tragiquement, la nouvelle provoquant subitement une floraison de chapeaux vert sur le web. Il fut l’un des auteurs de SF les plus prolifiques et reconnus, obtenant par deux fois la consécration du « grand prix de l’Imaginaire », en plus d’une multitude d’autres récompenses.
                Le récit présent a d’ailleurs eu une telle reconnaissance dans le genre puisqu’il a obtenu le « prix Rosny ainé » en 1988. J’avoue personnellement avoir eu un mal fou à accrocher. En cause, un récit extrêmement chaotique lors des trente premières pages avant de devenir seulement confus. J’ai persévéré devant ce style ardu, gardant une certaine compréhension grâce à la lecture du synopsis que je conseille, et en ai récolté les fruits, appréciant énormément le fond de l’histoire (mais toujours pas la forme qui a été mal gérée selon moi).
                J’ai adoré car l’histoire regorge d’idées malgré sa brièveté, Wagner est un auteur très inventif, mais surtout parce que l’auteur touche à une thématique avec la « psychosphère » que j’ai moi-même abordé dans une très courte nouvelle il y a plus d’un an et que je laisserais  en téléchargement pour votre curiosité. J’ai été frappé par mon manque d’originalité à la lecture du Serpent d’Angoisse du fait du nombre énorme de similitudes dans les idées. J’ai presque vingt-cinq ans de retard sur ce qui se fait en SF. J’en serais presque à m’accuser de plagiat si mon angle d’attaque n’avait pas été différent. Et puis, ma lecture est postérieure à mon écriture, ça touche du subconscient *joke*.
Bref, je fais ma petite publicité, mais n’hésitez pas à commenter mon petit écrit dont j’avais dans l’idée de développer un jour ou l’autre.
Je rappelle aussi que cette lecture s’inscrit dans le cadre d’un challenge dont je ferais le point après le Nouvel An, je n’oublie pas. Ma critique est du coup un peu incomplète, mais je partage surtout pour le clin d’œil à mes propres écrits.

Note : 7/10
Un très bon fond, une forme plus compliquée à aborder qui ne plaira pas à tout le monde. A dévorer en guise de séance de musculation cérébrale.




Bonus :
En format PDF [lecture en ligne ou téléchargement]
ou
Les Plumes de Cochons [lecture simple]
Le texte ne fait que huit pages et n'est pas exempt de défauts pour lesquels je suis douloureusement conscient, mais j'en reste assez fier. N'hésitez pas, commentez, critiquez, ça me fera plaisir ! Et pas besoin d'être un pro de la critique pour apprécier (ou pas) un récit.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire