dimanche 3 mars 2013

L'Assassin Royal, de Robin Hobb



Série : L'Assassin Royal
Auteur : Robin Hobb
Éditeur : J'ai lu
Couverture :
 Illustrateur : Vincent Madras
Nombre de tomes sortis : 13
Prix : 8 euros

Biographie auteur :

C’est à l’âge de dix ans que Margaret Astrid Lindholm Odgen quitte sa Californie natale pour s’installer avec sa famille en Alaska, expérience qui, plus que toute autre, fera d’elle un écrivain. S’illustrant d’abord sous le nom de Megan Lindholm dès 1971 avec la tétralogie de Ki et Vandien, l’incontournable Dernier magicien, Le peuple des rennes ou encore La nuit du prédateur (écrit en collaboration avec Steven Brust), elle adopte en 1992 le pseudonyme de Robin Hobb pour s’embarquer dans une aventure épique de grande envergure : les cycles de L’assassin royal et des Aventuriers de la mer, qui feront d’elle l’un des auteurs de fantasy les plus lus au monde. Elle vit aujourd’hui dans les environs de Seattle, où elle s’est lancée dans une nouvelle saga d’une ambition rare : Le soldat chamane.

Synopsis :

Au royaume des six Duchés, le prince Chevalerie, de la famille régnante des Loinvoyants décide de renoncer à son ambition de devenir roi-servant en apprenant l'existence de Fitz, son fils illégitime. Le jeune bâtard grandit à Castelcerf, sous l'égide du maître d'écurie Burrich. Mais le roi Subtil impose bientôt que Fitz reçoive, malgré sa condition, une éducation princière. L'enfant découvrira vite que le véritable dessein du monarque est autre : faire de lui un assassin royal. Et tandis que les attaques des pirates rouges mettent en péril la contrée, Fitz va constater à chaque instant que sa vie ne tient qu'à un fil : celui de sa lame.

Critique :

Le début de la série m'a paru très banal, vide d'intérêt. En effet, dès les premiers tomes, l'écriture de l'auteur m'a plutôt repoussée, ce n'était pas un style recherché mais, simple, ouvert à tous. L'intrigue en elle-même m'apparaissait aussi dénudée de sens. Ainsi pour moi, dès le premier livre, l'auteur ne paraissait pas vouloir se différencier des autres : aisé à lire et lassant accompagné d'un fil rouge très pauvre : un enfant qu'on élève à devenir assassin. Jusqu'à là, rien de guère original. Et puis au fur et à mesure de la lecture des différents livres, j'ai pris lentement goût aux spécialités du livre, aux actions et scènes particulières à l'auteur. L'intrigue devenait ainsi de plus en plus tordue, compliquée et c'est cela qui pimentait l'histoire. Je n'ai finalement pas lu la série toute entière, je me suis arrêté dans les derniers mais à mon sens c'est destiné aux petites faims. Trop longue série avec des tomes trop courts (moins de 400 pages en général) et il est difficile de chercher la motivation à continuer au début.
Point positif, le personnage du Fou donne d'agréables sensations au lecteur. Mystérieux, énigmatique, on apprend petit à petit son véritable rôle dans la quête de Fitz.

Note : 6,5/10
L'imagination de l'auteur ne cesse de se développer à petit feu. L'histoire peut certes paraître banal dans ses débuts, pour autant, vous n'imaginerez pas dans quelles situations Fitz et vous allez être embarqué.

Signé : Eäron Valil

Bienvenue à Eäron Valil, nouveau compagnon de repas littéraires ! Mini-présentation en ligne sur votre droite, et peut-être prendra-t-il la parole prochainement ? 
La Dame en bleu by Mondkopf on Grooveshark

6 commentaires:

  1. Tout d'abord, bienvenue Eäron Valil.

    Si je peux me permettre, j'aurais quelques petites remarques :
    - Concernant la biographie, petit détail, mais Le Soldat chamane est désormais terminé (et il y aurait énormément à dire dessus, donc je ne commence pas), la série en cours étant Les Cités des anciens.
    - Concernant les tomes trop courts, cela est fortement dû à l'édition française. Originellement, il y a 3 tomes pour le premier cycle (qui correspond aux 6 premiers livres français), et 3 tomes pour le second (correspondant aux 7 livres français suivants). D'ailleurs, si l'on veut être complet, entre ces deux cycles il y a chronologiquement celui des Aventuriers de la mer.

    A propos de ton avis en lui-même, je ne suis pas tout à fait d'accord (mais c'est le principe d'un avis, non ?). Pour moi, la "simplicité" du début m'a totalement emballé, et le principe de suivre un assassin en formation était alléchant. Ensuite, ça monte au fur et à mesure, et c'est totalement prenant.
    Le gros point fort je pense, c'est l'empathie qu'on peut avoir pour Fitz. Une empathie qui vient aussi du fait qu'on le suit depuis, quasiment, toujours (oui, je donne un argument pour le début "lent" =P).

    Bref, avis est avis, goût est goût.
    Par contre, il y a une chose que je ne comprends pas vraiment : tu sembles apprécier de plus en plus l'intrigue et l'histoire, et pourtant tu arrêtes la lecture. Pourquoi ?

    RépondreSupprimer
  2. La chance, le beau commentaire que tu as pour ton premier article Eäron :o

    Je suis plus de l'avis de Baroona, bien que je pense moins aimer Robin Hobb que lui. Mais je tiens à souligner qu'en son temps, Robin Hobb présenter quelque chose de nouveau, d'original, ce qui a fait sa popularité ;)

    RépondreSupprimer
  3. Huhu, moi aussi j'ai été séduite :) (je plussoie le commentaire de Baroona) mais je peux comprendre qu'on n'accroche pas non plus. Mais il manque encore un détail qui n'apparait ni en chronique ni en commentaire : la série pâtit du découpage VF ; j'ai du coup un peu du mal avec l'argument "petits livres". Le premier cycle se compose de 3 livres tout comme le second cycle. On ne peut pas vraiment parler de longue série.

    RépondreSupprimer
  4. J'ai aussi eu du mal à rentrer dans l'histoire, et puis je me suis laissé séduire, j'ai aimé la complexité de l'univers développé par Robin Hobb, qui se découvre petit à petit.

    J'ai eu aussi la même réaction en lisant sa série "les aventuriers de la mer", située dans le même univers. Début laborieux, personnages qu'on a parfois envie de baffer, mais une fois que l'histoire est lancée, ça envoie du lourd.

    RépondreSupprimer
  5. Tout d'abord, excusez-moi de ma réponse tardive, je n'avais pas vu les commentaires.. !

    @Baroona : Tu fais bien de me reprendre sur les deux premiers points que tu as cité, et je m'en excuse, je l'ignorais. C'est vrai que le découpage (par les éditions) des livres en tout petits livres, c'est tout de même assez gênant.. A mon sens, on n'entre déjà moins facilement dans l'histoire à cause de cela.
    Alors, en effet, Kissifrott m'a également fait remarqué que cette simplicité dont tu parles et qu'on trouve au début, a été chez lui aussi alléchante. Moi ça n'a pas été le cas, j'avais déjà lu des livres d'assassins, de formations d'assassins si je puis dire, donc ça sonnait un peu redondant ! Il est moins d'époque actuellement je pense que lorsqu'il est sorti (et a dû bien être apprécié).
    Alors, c'est principalement le tome 1 (mais dans mes éditions il y en a 12 en tout) qui m'a repoussé légèrement. On m'avait offert les 3-4 premiers, et du coup j'ai pu dévoré la suite bien correctement, tu l'imagines ! ;) Mais finalement, à force, l'intrigue perd d'intérêt je trouve.. Je suis allé jusqu'au 8ème puis suis passé à autre chose.

    Pour ses autres livres, je n'ai pas lu et je peux donc pas dire grand-chose dessus ! :) Ce n'est pas dans mes projets immédiats en tout cas :P

    RépondreSupprimer
  6. J'ai lu cette série quand j'étais jeune et j'ai adoré. Avec le recul je me dis que c'était pas une si bonne série, mais elle se laisse lire. Il y a déjà ce mensonge de "l'assassin royal" car Fitz n'a pas grand chose d'un assassin. Il lui arrive de tuer des gens mais il le fait assez médiocrement. C'est un personnage absolument pitoyable qui rate tout ce qu'il fait et passe son temps à pleurer et à se lamenter.

    Et pourtant il est attachant. J'avais parfois le coeur qui battait en lisant ses malheurs et il m'est même arrivé de pleurer tellement c'était triste - ou du moins d'avoir la gorge nouée.

    Je dirais que c'est une série pour adolescents, mais je la trouve moins prenante et agréable quand on a gagné en maturité et en connaissances dans la bonne fantasy. Je crois bien que c'est d'ailleurs cette série qui m'a donné envie de lire de la fantasy, et d'en écrire à mes heures perdues.

    RépondreSupprimer